afriradio.net
Plate-forme d’échange de programmes radiophoniques liés à l’Afrique

Accueil du site > Programme radio

Paris Françafrique 56 Procès en diffamation intenté par le groupe Bolloré à France Inter, Mars 2010

Type : Chronique

Durée : 1 heure 32 minutes 25s

Langue : Français

Auteur : Paris Françafrique  - 

"Paris Françafrique", l’émission radio de Survie et des luttes contre la Françafrique.

Chaque lundi de 17h30 à 19h sur Radio Fréquence Paris Plurielle 106.3 Fm à Paris et sur Internet...

Date d'enregistrement : 29 mars 2010

Date de publication : 30 mars 2010

Pays traités : Cameroun   France

Région traitée : toute l’Afrique

Thématique(s) abordée(s) : Nouvel Ordre Mondial (Impérialisme) -

Description :

Les 10 et 11 mars derniers se sont déroulées les dernières séances du procès opposant France Inter et son journaliste Benoit Collombat au groupe Bolloré au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Le reportage litigieux du journaliste intitulé « Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré » avait été diffusé lors de l’émission Interception en mars 2009.

Le groupe Bolloré avait dénoncé cette émission comme diffamatoire, aux propos mensongers portant atteinte à l’intégrité de ses milliers de collaborateurs et surtout non contradictoires, n’exposant pas correctement les visions du groupe.

Vous pouvez retrouver ce reportage toujours en ligne et en écoute ainsi que l’intervention de Dominique Lafont DG Afrique du Groupe Bolloré sur le site de Radio France.

Survie le rappelait en décembre dans un communiqué de presse, il s’agit aussi et surtout de la liberté d’expression qui est visée dans ce procès.

En effet, dans ses activités sur l’ensemble du continent africain le groupe prend d’énorme risques d’image. A notamment été pointé du doigt le rôle d’une de ses filiales dans la continuation du conflit au Kivu (RDC) par l’ONU, et le groupe cherche, par certains de ses médias (journaux gratuits, chaîne direct 8) ou encore par ses parts dans des sociétés de publicité, à faire la promotion de ses activités en valorisant son image et celle de ses partenaires africains comme récemment Paul Biya (Cameroun) ou Blaise Compaoré (Burkina-Faso).

Avec notre invité, Thomas, militant de Survie qui a assisté au procès, nous allons revenir sur plusieurs points essentiels, les faits reprochés au journalistes, les différents témoins invoqués à la barre par les deux parties et les lignes de défense du groupe Bolloré et de France Inter.

Les types de témoins de chaque part montrent les limites de la preuve de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) car il n’existe aucune structure de contrôle valable au Cameroun. Bolloré prétend que son respect des normes est vérifiable sauf que concrètement sur le terrain aucune institution mandatée ne vérifie.

Et cela est le cas dans beaucoup d’autres pays. Personne ne vérifie ni actuellement n’a les moyens de vérifier si les standards internationaux sont, ou non, respectés et c’est une voix royale pour n’importe quel groupe qui a les moyens pour contourner ces normes pour un maximum de profit.

Sur la Responsabilité Sociale des Entreprises il existe le Forum Citoyen pour la RSE, plus d’infos : http://forumcitoyenpourlarse.org/

Retrouvez entre autres les travaux de Survie sur le groupe dans la brochure de 2009 Diplomatie, Business et Dictatures et le Dossier Noir n° 15 Bolloré : Monopoles services compris, paru en 2000.

Sur le procès retrouvez enfin l’article de David Servenay paru sur le site rue89 Justice : Bolloré poursuit France Inter « pour l’exemple »

A bientôt




Plan du site | Espace auteurs | Wiki auteurs